Introduction à la cuisine togolaise

Le savoir-faire culinaire togolais est un art qui se transmet de mère en fille. Toute fille africaine a l’obligation (la cuisine faisant partie de l’arsenal de séduction) d’acquérir ce savoir et de le transmettre. La cuisine remplit une fonction très importante de cohésion sociale et se distingue par l’utilisation de multiples produits.

En effet la préparation des repas est un moment particulier pendant lequel se renforcent les liens entre mères et filles(en gardant la notion de grande famille africaine). Contrairement à la cuisine occidentale qui est effectuée debout, la cuisine togolaise se pratique assis ce qui explique pourquoi l’aire de la cuisine togolaise est meublée de petits tabourets parce qu’on s’assoit pour cuisiner.

Pendant ce moment privilégié, où les femmes se retrouvent entre elles (tout homme qui ose pénétrer dans le sanctuaire se fait expulser sans ménagement), les longues causeries sur divers sujets et les petites astuces s’échangent sur la manière d’utiliser le vaste éventail des ingrédients qui font la richesse de la cuisine togolaise (une cuisine qui d’après les critères aujourd’hui aurait le label bio). Les ingrédients proviennent de l’agriculture, l’élevage, la pèche et la chasse (peu importante).

L’agriculture assure une grande partie de la sécurité alimentaire togolaise. Le territoire du Togo est à 25% cultivé. Le secteur rural fait vivre encore environ 80 % de la population. Les cultures sont très diverses : Les légumes(maïs, tomate, aubergine, piment, poivron, tomate, haricot vert, carottes, gombo, adémè), les fruits (citron, orange, pamplemousse, olive, avocat, banane, kiwi, mangue, avocat, grenade, datte, noix de cajou, noix de coco, noix de muscade, papaye, mandarine, tamarin d’Inde, sapotier, carambole, cacao , corossol, ananas, cherimoya, datte ou pommier cannelle), les céréales(mil, le sorgho, le riz et le fonio, maïs ) sont cultivés sans produit chimique… Au Togo nous utilisons du bois (et charbon de bois) comme combustible, la cause d’un taux élevé de déforestation.

Ces produits sont accompagnés et complétés par un apport en protéines provenant de l’élevage (bovin, ovin, caprin, volaille). La viande de bœuf, du mouton, du cabri, chèvre, biche, lapin agouti font aussi partie de l’alimentation togolaise sans oublier la volaille (poulet, pintade, dinde, canard).

L’alimentation est saine parce que nous cuisinons avec des produits naturels ; le bétail et La volaille sont nourris avec des produits de la nature. La faune togolaise se compose d’une quarantaine d’espèces animales que nous ne consommons pas forcement: des éléphants, des antilopes, des phacochères, des singes, des lions, des buffles, des chevaux, des Pythons géants, des crocodiles, des caïmans, des variétés d’oiseaux, et plusieurs autres sortes de reptiles.

Nous consommons aussi les poissons d’eau de mer et d’eau douce car la façade sud du Togo est ouverte sur le golfe du Bénin (océan atlantique) en plus de nombreux lacs dont le plus grand est le lac Togo ; Au nord-ouest du plateau du Ouatchi se trouve le bassin du mono et Au nord des monts Togo, l’Oti. La pêche étant une activité très ancienne au Togo. Les poissons communément consommés sont doevi (fretins), panpan (harangue), afohome (sole) tsiyi et akpala (chinchard) tatran (raie) gesu (mulet) sikasika (pageot), eka (bar), salomon (maquereau,) lizi (brochet), vetsim (sardinelle), manvi (hareng)…Et les crustacés, mollusques sont crabes, crevette, huître, moule.

Avec toutes ces richesses, les Togolais ont développé un répertoire de mets très riche, aussi bien qu’un art culinaire unique des pays en bord de mer de l’Afrique de l’Ouest. Chaque plat nous transporte dans un univers de saveur unique car il rattache à un souvenir particulier et illustre la diversité culturelle de notre chère nation.

Et bien d'autres recettes à découvrir:

3 comments

  1. NAKOU SENYO VINYENU BENJAMIN says:

    Quelle belle oeuvre! C’est déjà un bon départ. Car chaque vieille maman togolaise qui meurt est un livre de recettes qui brûle.
    Tout le monde doit y contribuer. L’art culinaire n’est plus aujourd’hui une affaire de femme. La gastronomie d’un pays fait partie de son patrimoine culturel. Tant que l’humanité existera le métier de cuisinier aura toujours le vent en poupe. L’encourager est devoir de tous. Manger à l’africaine c’est contribuer à l’économie de nos pays. Manger à l’Européenne c’est enrichir les pays développés au détriment des nôtres.

    Encore une fois, Félicitations aux concepteurs de ce site! Je suis prêt à y contribuer dans la limite de mes connaissances et de mes expériences, car il existe encore des recettes insoupçonnées!

  2. ADHIS says:

    Oui, c’est tellement vrai. Je suis de Kenya et ma mere et moi, nous ne parlons pas. Donc, c’etait difficile pour moi apprendre cuisiner les recettes de Kenya

    (mon francais n’est pas le mieux donc excusez les erreurs.

    Adhis, Chef Afrik

  3. mimi says:

    C’est tellement vrai. J’ai encore la nostalgie de ces moments precieux passės dans la cuisine avec ma mère. La cuisine africaine est vraiment la meilleure. Les recettes du Togo sont particulierement delicieuses. Ce site permettra à certains de nous d’etre proche de la Terre Mere, quand bien même on est si loin. Merci beaucoup.

Leave a Reply